Qualité de vie au travail : quels sont les éléments de confort à vérifier dans un immeuble de bureaux ?

Vous entendez sans cesse parler de QVT ou de qualité de vie au travail ? Et ce sujet vous préoccupe de plus en plus ? En effet, cette expression polysémique qui s’est imposée comme un réel levier de productivité est aujourd’hui un critère essentiel pour le bien-être des salariés en entreprise.

Mais la qualité de vie au travail se mesure d’abord par le choix de l’immeuble dans lequel les salariés sont amenés à passer la majorité de leur temps.

Une société en recherche de bureaux va aujourd’hui se pencher sur la question du bien-être de ses collaborateurs. Alors comment l’immeuble de bureaux peut participer à améliorer la qualité de vie au travail ?

# Les prestations d’un immeuble favorisent la QVT

L’environnement physique, l’immeuble et l’aménagement des bureaux, d’une société impactent la qualité de vie au travail. C’est notamment à partir de ce constat qu’un label comme Osmoz by Certivéa a été créé. Ce dernier s’attache à vérifier le confort des immeubles de bureaux selon 6 enjeux sociétaux : La santé/l’environnement dans l’immeuble (qualité de l’aire, température, éclairage), l’hygiène de vie (interaction avec la nature…), l’équilibre vie pro/vie perso, la communication/lien social et les fonctionnalités. De plus en plus d’immeuble obtiennent des labels liés à la qualité de vie au travail. En Lorraine, le centre d’appels ARVATO s’est récemment installé sur l’écoquartier de la ZAC du Plateau de Haye à Maxéville, dans un immeuble où toutes les prestations répondent aux exigences du label « Très haut performance enérgétique ».

De manière plus générale, il faut retenir que le confort d’un immeuble de bureaux s’articule autour de trois axes : le confort hygrothermique, le confort acoustique et le confort visuel. En observant ces trois axes, vous pourrez déterminer le degré de confort offert par l’immeuble. Comment opérer ces vérifications lors du choix de vos futurs bureaux et quels éléments du bâtiment regarder ?

# Le confort hygrothermique

L’un des premiers éléments à vérifier est le confort hygrothermique. Il s’agit de garantir une température constante en toute saison entre 19 et 24 degrés et une différence maximale de température de 3 degrés entre l’air extérieur et les parois, ainsi qu’un taux d’humidité de 40 à 60%. Afin d’assurer ce confort deux éléments entrent alors en compte : l’enveloppe de l’immeuble et le système de traitement d’air et de chauffage ou de rafraichissement.

En effet, comprenez par enveloppe de l’immeuble, la qualité d’isolation des façades et des vitrages. Pour bien isoler les façades, un système d’isolation par l’extérieur est conseillé. La qualité des vitrages est également importante. Les vitrages à haute sélectivité solaire offrent par exemple une bonne isolation thermique en repoussant l’énergie solaire vers l’extérieur du bâtiment. Cela permet d’éviter de forcer sur la régulation de la température.

Pour le système de traitement d’air et de chauffage ou refroidissement, le système de VMC en double flux est une solution à adopter pour le confort hygrothermique. Il permet un échange de calories entre l’air extrait et l’air soufflé et entraine une diminution de vos besoins en énergie pour le chauffage.

# Le confort acoustique

Ensuite vient le confort acoustique qui, quant à lui, se définit par l’atténuation au maximum des bruits perçus dans l’environnement de travail dont les sources sont multiples.

Pour les bruits émanant de l’extérieur, il est important de vérifier la qualité de l’enveloppe pour atténuer les bruits de l’environnement. Pour les bruits émanant des utilisateurs voisins, on utilise des planchers, cloisons ou murs alvéolaires pour tenter d’atténuer les bruits. Enfin pour les bruits dans les bureaux eux-mêmes, si vous disposez d’un open space par exemple, pensez aux cloisonettes entre les bureaux, aux faux plafonds acoustiques et aux dalles de moquette acoustiques.

# Le confort visuel

Enfin, pour assurer un confort visuel, l’objectif est de diminuer la fatigue oculaire en traitant plusieurs facteurs à commencer par la lumière naturelle.

Les vitrages à haute sélectivité solaire ont, en plus d’offrir une bonne isolation thermique, la capacité d’occulter les vitres pour protéger du soleil mais conserver la lumière naturelle. Ensuite, n’oubliez pas la lumière artificielle en utilisant des ampoules LED qui permettent de choisir la couleur de la lumière et éviter les éclairages directs. Option intéressante, vous pouvez opter pour un allumage des lumières par détection de la luminosité extérieure, ainsi vous garantirez une luminosité agréable et constante dans vos locaux.

Toutes ces conditions réunies vous permettront d’obtenir un confort hygrothermique, acoustique et visuel optimum et ainsi de disposer d’un immeuble de bureaux qui participe à l’amélioration de la qualité de vie au travail de vos collaborateurs.


Une réflexion sur “Qualité de vie au travail : quels sont les éléments de confort à vérifier dans un immeuble de bureaux ?

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.