Immeuble en bois : une solution pertinente pour l’immobilier d’entreprise ?

De plus en plus de projets d’immeubles de grande hauteur en bois fleurissent à travers le monde : aux Etats-Unis, au Canada ou même en Autriche.  Le géant Google projette la réalisation d’une ville du futur à Toronto dans laquelle les immeubles seraient en bois. En France, l’utilisation du bois dans la construction se fait encore rare mais plusieurs mesures incitent au rattrapage du retard pris. Pour aller dans ce sens, le Grenelle de l’environnement préconise de développer l’utilisation du bois comme matériau de construction depuis 2007. A travers cela cette politique est destinée à relancer la filière forestière.

Tour Mjosa : La plus haute tour du monde en cours de construction se trouve actuellement en Norvège. Elle sera achevée en mars 2019 et comprendra des bureaux, des appartements et un hôtel. (Source : https://archinect.com)

À ce jour, c’est à Bordeaux que se trouve l’immeuble tertiaire à ossature bois le plus élevé.  »Perspective » est un ensemble immobilier à énergie passive de 30 mètres de hauteur développant une surface de 4 600 m². De nombreux autres projets sont en train de voir le jour partout en France : les tours Wood up dans le 13èmearrondissement à Paris, Ywood Odysseum à Montpellier, Arboretum à la Défense (Cf image synthèse)

Ces tours constituent le fer de lance pour la promotion de la construction bois. En démontrant que le matériau est compatible avec les contraintes techniques liées à la construction des IGH il peut l’être pour toute construction.

Mais, très concrètement, que change la construction en bois dans l’utilisation d’un immeuble pour son occupant et que lui apporte-t-elle ? Quels sont les avantages et les spécificités de l’utilisation du bois dans la construction d’un bâtiment ? Existe-t-il des contraintes d’utilisation ?

Pour satisfaire à notre curiosité, nous avons visité un immeuble mixte (bureaux et stockage) tout juste achevé, « tout bois », sur le plateau de Haye à Maxéville : les nouveaux locaux de la société Quipment.

# Etude de cas : Quipment sur le Plateau de Haye à Nancy

Quipment est une jeune société créée en 2010 dont l’activité consiste à prendre en charge la logistique du matériel d’expérimentation nécessaire aux essais cliniques effectués pour la recherche humaine. Par cette gestion, Quipment accompagne des équipes de recherche dans le monde entier. L’entreprise compte deux autres implantations : au Japon et en Géorgie. Pierre Malingrey, Président de Quipment nous a accueilli et fait visité ce nouvel immeuble bois qu’il vient de faire construire sur le Plateau de Haye.

Quelles raisons ont poussé le jeune dirigeant à faire le choix d’une construction bois ?

Pour ce projet, Pierre Malingrey souhaitait un bâtiment à l’image de sa société. C’est-à-dire fonctionnel, dédié à l’utilisateur, et soucieux de l’écologie.  C’est donc une logique de cohérence entre l’activité de l’entreprise et l’immeuble du siège. En effet, cet immeuble mixte affecté pour moitié à usage de bureaux et pour son autre moitié à l’entreposage du matériel d’essai clinique est construit quasiment à 100% en bois. Seules les menuiseries des fenêtres, en aluminium et la toiture bac acier échappent à la règle. L’immeuble est d’ailleursassez impressionnant avec son espace zéro pilier grâce à des poutres d’une portée de 16,5 mètres et une hauteur de presque 7 mètres pour l’entrepôt.

  1. L’Humain et la planète au centre des préoccupations de Quipment

Adopter une démarche écologique et assurer la qualité de vie au travail de ses collaborateurs sont des prérequis dans les prises décisions de Pierre Malingrey.

La construction du nouveau site devait s’inscrire dans ces démarches. En effet, le bâtiment est le secteur qui rejette le plus de gaz à effet de serre. Or, le bois est un matériau réputé durable et renouvelable. Lors de leur fabrication, les matériaux en bois émettent peu de carbone puisqu’ils sont moins transformés. Contrairement aux chantiers dits classiques, les chantiers en bois sont naturellement plus propres et ne laissent pas de béton ou de métal sur le terrain. Les arbres absorbent de grandes quantités de CO2 pendant leur croissance (1 tonne de CO2 par m3 de bois) et le CO2 reste piégé même lorsque l’arbre est coupé. Enfin, le bois a l’avantage d’être recyclable contrairement au béton.

Tournée vers l’Humain de par son cœur de métier, Quipment s’est attachée à la recherche d’une bonne qualité de vie au travail pour ses collaborateurs. C’est pourquoi il était essentiel de se concentrer sur le cadre de travail et réaliser un bâtiment qui favorise le bien-être et les échanges entre salariés dans l’entreprise. Ainsi, vu depuis l’extérieur, le parti-pris de laisser l’ensemble de l’ossature bois apparente rend le bâtiment à la fois sobre et raffiné avec une architecture soignée. Lorsque l’on entre dans les lieux, le bois donne le ton. Une atmosphère chaleureuse se dégage visuellement. Cette impression est renforcée par l’odeur boisée. L’ambiance y est apaisante et l’absence de faux plafond laisse apparaître le plafond en bois qui permet une hauteur de 3 mètres dans les bureaux.

Les espaces de travail ont été organisés en openspace. L’acoustique a été traitée par la pose d’une moquette à coefficient d’absorption élevé. Pour permettre de desservir les postes de travail sans encombrement, un chemin de câbles a été installé sous la dalle en bois plutôt que de placer des perches. Les câbles remontent dans des benchs en bois faits sur mesure. Pas un câble n’est apparent ce qui évite les gènes visuelle et fonctionnelle liées aux multiples câbles. Au sein des bureaux règne une ambiance à la fois sereine et dynamique avec des collaborateurs visiblement épanouis. Enfin, côté énergie un chauffage au sol, pour l’hiver et un système de free-cooling,pour l’été ont été mis en place.

  1. Un bâtiment évolutif dans le temps 

Pour cet immeuble Pierre Malingrey souhaitait un bâtiment capable d’évolution, qui soit reconfigurable dans le temps et qui s’adapte aux évolution de l’entreprise dans le temps. Construit avec un système d’arches et de croix de saint-André, les poutres ontune portée de 16,5 mètres, etl’immeuble est affranchi de pilier. Les murs d’enceinte n’étant pas porteurs, les façades peuvent être ouvertes entre deux arceaux.

Une réserve foncière a été conservée afin de permettre un jour une extension du site au gré de l’évolution de l’entreprise. Pour cela, il suffira d’ajouter un arceau en bois supplémentaire pour lui faire gagner une travée.

Le bâtiment est un grand rectangle qui été divisé verticalement pour séparer les différentes zones : bureaux, préparation de commande et entrepôt. Mais la structure reste la même. Dans l’avenir, la zone affectée au dépôt pourrait être facilement tertiarisée ou recevoir une affectation commerciale. Le caractère polyvalent du bois facilite cette flexibilité.

  1. Des délais de construction raccourcis

La croissance rapide de Quipment nécessitait de pouvoir s’installer au plus vite. Cette urgence a pu être satisfaite grâce à la rapidité des délais de construction. Une petite année a été nécessaire pour édifier et livrer l’immeuble. Ce qui réduit le délai de construction de près de 50% en comparaison à des immeubles équivalents construits avec du béton ou du métal. La construction en bois ne nécessite pas de temps de séchage et est moins soumise à la rigueur de l’hiver. Chaque élément est préparé en usine. Les pièces sont modélisées, pré-dimensionnés et pré-trouées en atelier. Une fois livrées sur le site, il ne reste plus qu’à les assembler, comme des Lego. Ce qui représente un gain de temps considérable.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

# Points de vigilance observés

–       Le bois est un matériau qui demande un entretien soigné. Il doit être enduit d’huile à la livraison du bâtiment, un an après puis tous les trois ans

–       La construction en bois représente un chantier minutieux. Aucune reprise de découpage ou de percement n’est possible une fois les éléments livrés. En cas d’erreur en atelier, il est impossible de récupérer un trou mal ajusté. Les moindres détails doivent être réfléchis à l’avance

–       Les effectifs des entreprises qui interviennent sur un chantier bois sont différents des chantiers classiques. La matière étant le bois, les effectifs sont composés de charpentiers et de menuisiers

–       Le chantier doit être protégé des intempéries car le gros œuvre ne doit pas recevoir de pluie (risque de coulures d’eau sur les poutres)

–       La construction en bois représente un coût de 10 à 15% plus cher qu’une construction classique en béton.

Les immeubles en bois présentent aujourd’hui clairement de nombreux avantages pratiques mais aussi écologiques. De plus en plus d’entreprises vont être amenées à adopter ce type de construction pour leurs futurs bureaux. Si cela est une solution pertinente pour l’immobilier d’entreprise, il semblerait que ce soit sur la bonne voie.


Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.